Collectif culture du PCF

Collectif culture du PCF
Accueil
 
 
 
 

RASSEMBLEMENT INTERSYNDICAL

Un an avant la Présidentielle, le spectacle vivant et les arts visuels se retrouvent face à de graves diffi cultés.Le gouvernement actuel contraint le ministère de la Culture à appliquer la Révision générale des politiques publiques, réduisant le nombre de postes, diminuant lourdement les potentiels artistiques des institutions, des compagnies, des artistes, des festivals. Il veut poursuivre le démantèlement programmé du ministère de la culture en déléguant l’essentiel des missions publiques à des intérêts privés.

Deux missions viennent d’être créées sur le fi nancement de la filière musique et du spectacle vivant. Pour préparer des agences libérales d’inspiration anglo-saxonne ? Pour affaiblir le ministère de la Culture ? Pourquoi séparer les deux missions ? Au seul profit de l’industrie et du commerce culturels ?

Les collectivités territoriales affaiblies par la réforme de la fi scalité, se voient privées de ressources vives, au profi t de l’État. L’accroissement de leurs charges concernant leurs compétences obligatoires les pousse à diminuer les fi nancements pour la culture. Les départements ont réduit leurs aides de près de 80 millions d’euros. Des régions commencent à suivre le même mouvement mortifère.

Les artistes, les interprètes souffrent : suppression de spectacles, de représentations, de coproductions, d’achats et de ventes, minimalisation des décors, diminution des temps de répétitions, stagnation et/ou baisse des rémunérations pour la majorité des comédiens, danseurs, musiciens, plasticiens et circassiens… Un  élan pourrait se briser.

A l’orée de l’élection présidentielle de 2012, les acteurs de ce secteur, dont le dynamisme est reconnu, revendiquent une politique artistique et culturelle constructive en faveur de la création, particulièrement touchée.

Nous demandons:

◗ l’élaboration d’une loi d’orientation pour préciser la place de l’art, des artistes et de la culture dans notre société afin de relayer l’un des droits fondamentaux inscrits dans la Constitution : l’accès pour tous les citoyens à l’éducation, à l’art, à la culture et à la connaissance ;

◗ l’arrêt de la Révision générale des politiques publiques ;

◗ la mise en place, par de nouveaux moyens financiers, d’un plan de développement de 150 millions d’euros pour, entre autres : soutenir les structures publiques de production dont les compagnies et les ensembles, rétablir les capacités artistiques des lieux, pérenniser et relancer les emplois artistiques et techniques, valoriser l’émergence des jeunes talents, écrire un vaste plan d’éducation artistique, et débuter ainsi la remise en marche de la démocratisation culturelle

◗ des réponses concrètes dans le domaine social, par exemple : les congés spectacles, le maintien du système de l’assurance chômage des artistes et techniciens du spectacle vivant et enregistré ;

◗ une nouvelle étape de la décentralisation, qui est une idée moderne à l’échelle de l’Europe ;

◗ des garanties sur les régulations professionnelles menacées par l’indolence gouvernementale face aux règlementations européennes. L’Europe actuelle considère les oeuvres de l’esprit comme des marchandises et le soutien à l’art et à la culture comme facultatif. Nous voulons une Europe démocratique, libre, sociale, dotée d’une politique artistique et culturelle commune.

Nous attendons que les partis de progrès se saisissent de ces questions qui concernent l’émancipation de tous les individus.

NOUS APPELONS À UN GRAND RASSEMBLEMENT

LE 14 JUILLET 2011 À 16H, PLACE PIE À AVIGNON.

NOUS COMPTONS SUR LA MOBILISATION DE TOUS.